Loading...

Invité d’Europe 1 il y a quelques jours, le Président de la CGPME, François Asselin, a regretté les révisions du projet de réforme du droit du travail. « C’est une réforme à l’envers qu’on est en train de vivre. On a présenté cette loi comme étant anti-salariés. Au niveau d’une PME ce n’était absolument pas une loi anti-salariés », a-t-il expliqué.

Incomprises, inconnues, mal-aimées ? Les PME françaises semblent en tout cas les grandes perdantes de cette réforme, comme le clame François Asselin : « personne ne nous connaît, personne ne nous comprend ». Et même si tous les responsables politiques s’accordent à reconnaître que les PME sont indispensables au fonctionnement et à la dynamique économique du pays, la CGPME insiste : rien n’est fait pour leur faciliter la tâche.

Et François Asselin de lancer un appel au gouvernement : « Permettez légalement aux entreprises de s’organiser sereinement avec leurs salariés ». Reste à savoir si cet appel sera entendu…

 

Partager
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Voir les boutons
Cacher les boutons